Océanie Réflexions Top

Si j’en suis encore là…

By on Jan 5, 2015

Aujourd’hui, je me suis volontairement perdu. Et en descendant cette ruelle, qui semblait ne mener nulle part mais qui était trop belle pour ne pas l’emprunter, j’ai été frappé par le ballet des nuages. Je me suis arrêté, au milieu de la pente, et j’ai gardé la tête en l’air plusieurs minutes. Personne ne semblait prêter attention au spectacle. Et puis, j’ai cru t’apercevoir au loin alors j’ai continué d’avancer jusqu’au bout de la rue. Les nuages, majestueux, traversaient ton centre à toute vitesse.

rue-sydney

C’est à cause de toi si je suis parti un peu partout et que je ne me retrouve maintenant nulle part. Si je suis de nouveau ici, chez toi, où il me semble que ma vie a réellement commencé, il y a 5 ans. Je te l’avoue, j’avais peur de ne pas me sentir à ma place en revenant te voir. Peur d’avoir trop embelli les souvenirs. Depuis que l’on s’est quitté tu t’en doutes, j’en ai aimé d’autres. Mais aucune n’a eu ta saveur.
A l’époque, beaucoup pensaient que ce ne serait qu’une passade et que partir te voir n’apporterait rien. En tout cas, rien de concret dans ce que les gens appellent parfois la vie normale : pas d’enfants, pas de carrière, pas de cap à tracer, pas d’ambition ni même une simple envie de réussir. Et j’ai croisé des Français qui racontaient, avec un brin de fierté, qu’ils avaient dépensé tout leur argent en l’espace d’un ou deux mois chez toi. La fête était belle mais la vie trop chère. Cela ne m’étonnerait pas qu’eux ne soient jamais revenus te voir. Alors, tu aurais pu me pousser à faire machine arrière ou me couper dans mon élan mais tu as fait tout le contraire et rendu mon premier long voyage extraordinaire. C’est toi qui m’a donné cette envie de manger de nouveaux paysages chaque jour, ce sourire en marchant et cette joie de voyager. C’est à cause de toi si j’en suis encore là, nulle part, dans un avion pour Melbourne.
Je me souviens encore de la fois où mes potes ont débarqué avec notre van. Je sortais d’une laverie miteuse avec mon sac de pseudo aventurier trop grand sur le dos et une furieuse envie de prendre la route. Je me souviens de mes premières nuits en auberge et de mon sourire dans mon lit superposé grinçant. Je me foutais qu’il y’ait parfois quelques cafards et de la propreté aléatoire des douches. Je ne repoussais plus indéfiniment l’heure du sommeil et je ne peinais plus à m’endormir. Le voyage était une source d’euphorie continue. De ma récente vie de jeune adulte, c’était la première fois que je n’éprouvais aucune mélancolie.

Enfant, je réussissais toujours à me réfugier quelque part, dans quelque chose. J’oubliaisenfant-thibaut-schweppes vite que je pleurnichais pour des sucreries et ma maman avait toujours réponse à mes questions. Et quand elle ne souhaitait pas m’offrir ce que je réclamais, sa réponse était toujours identique : on verra. Mais en fait, on ne voyait quasiment jamais. J’étais trop tête en l’air. La solitude était alors pour moi une notion insignifiante. Je n’avais peut-être pas de copain imaginaire mais toujours des tas de choses à me raconter, de trucs à découvrir, et d’expériences idiotes à réaliser.
En grandissant, j’ai mis du temps à réaliser que malgré les apparences (un frère et des copains), je m’isolais tout le temps. J’aimais faire du ski ou du roller, tout seul, pendant des heures. Je faisais des trous dans ma couette pour être seul sous ma tente et je dessinais contre les murs, seul, à l’intérieur d’un placard. J’avais une dizaine d’années et j’essayais d’oublier, en faisant des roues arrières sur le parking, l’image de mon grand-père mort, me regardant droit dans les yeux. J’avais simplement été dans le bon axe et à la bonne hauteur pour croiser une dernière fois le regard de ce vieux monsieur qui vivait avec nous et que j’admirais pour son charisme.
Et puis adolescent, quand on n’aime plus être seul sous sa tente ou dans un placard, je me souviens avoir pleurer des nuits entières. Parce que passer ses étés en construisant le parc d’attractions de ses rêves sur un ordinateur ne suffisait plus. Parce que je n’avais pas l’impression d’exister et que je réalisais que j’avais beau avoir grandi au contact de plein de gens, je n’avais été proche de personne. Je commençais à me rendre compte que je manquais d’affection et je me vexais avec des années de retard qu’on ne m’ait pas invité à des anniversaires. J’étais depuis devenu le gars toujours ironique et taquin, qui pleure jusqu’à 5 heures du matin mais se ramène au lycée avec le sourire, comme si de rien n’était. Celui dont on ne peut, au mieux, que s’approcher. J’étais passé de l’enfant un peu doué, qui avait refusé de sauter une classe, au gosse paumé, qui avait redoublé une année. Et grâce à toi, tout ça était officiellement du passé.

Force est de constater que depuis, j’ai vieilli. J’ai beau toujours avoir envie d’être partout et de me goinfrer de bonbons, je digère moins bien ces voyages. Je souhaite toujours être ailleurs mais plus sans arrêt cerné, baillant, fatigué de toujours me déplacer.
Peut-être qu’un jour, je reviendrais à nouveau te voir et que cette fois ma vie sera un peu plus normale. Peut-être même que j’aurais des enfants. Je répondrai toujours à leurs questions et leur expliquerai que c’est ici que papa s’est senti entièrement heureux pour la première fois. Et ensemble, on regardera les nuages qui défileront à toute vitesse.

 Entre Sydney et Melbourne, 03 janvier 2015.

TAGS
RELATED POSTS
32 Comments
  1. Répondre

    Gilles Grisoni

    Jan 5, 2015

    Magnifique cousin….

  2. Répondre

    Ma Eva

    Jan 5, 2015

    Très bel article. Bien écrit et très touchant…

  3. Répondre

    Thibaut Schweppes

    Jan 5, 2015

    Merci Maeva 🙂

  4. Répondre

    Thibaut Schweppes

    Jan 5, 2015

    Merci 🙂 (Toujours content de voir que tu es fidèle)

  5. Répondre

    Gilles Grisoni

    Jan 5, 2015

    Fan du premier jour !!! D'ailleurs j'attends toujours mon cadeau et le DVD 😉 !!! Enjoy 😀

  6. Répondre

    Elodie Delluca Perso

    Jan 5, 2015

    Oh ! Tu m'a flanqué des frissons !!! Belle plume, belle vie, beau regard… merci 🙂

  7. Répondre

    Thibaut Schweppes

    Jan 6, 2015

    Merci à toi oui 🙂

  8. Répondre

    Mali

    Jan 6, 2015

    C’est drôle car on voit comme notre regard sur le voyage change au fur et à mesure que l’on change. Comme on peut finir par avoir besoin de “voyage” plus “stable”, “confort”, qui nous malmène moins. Quand j’étais petite, j’ai fait beaucoup de voyages, on bougeait beaucoup, quasiment à toutes les vacances, et même si j’aimais ça, je souffrais aussi souvent du manque de tranquillité. A l’époque, le voyage n’avait pas pour moi ce côté dépaysant, ce frais dans ma tête.
    Et puis j’ai grandi, j’ai moins voyagé, parce que le temps est venu que ce soit moi qui me paye mes voyages. J’ai bougé de région, du nord au sud, toute seule, j’ai randonné toutes les semaines, je me suis donnée à fond dans le voyage… et j’ai fini par “rentrer à la maison” parce que j’étais bien la-bas mais j’étais seule.
    Aujourd’hui, j’aime les escapades, le voyage, mais je suis dans une période ou j’ai envie de vivre le voyage avec les autres. Ou je n’ai plus besoin du voyage pour me confronter à moi-même. Ca doit être l’âge qui veut ça :p

  9. Répondre

    Miss figolu

    Jan 6, 2015

    Superbe RÉCIT !
    je file en lire d’autres pour la peine 🙂

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Jan 7, 2015

      Mais je vous en prie ! Merci 🙂

  10. Répondre

    Kevin@Web Trotters

    Jan 6, 2015

    Ton article m’a filé des frissons. Magnifiquement bien écrit, très belle plume.

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Jan 7, 2015

      Merci 🙂

  11. Répondre

    Véro Gourdon

    Jan 6, 2015

    ben purée….un vilain coup de blues en te lisant un jour de reprise du taf……….snif snif

  12. Répondre

    Thibaut Schweppes

    Jan 7, 2015

    Avec du recul, mon regard sur mon enfance est moins aigri qu'il l'était à une époque. Je pense pouvoir dire que le voyage m'a apaisé.

  13. Répondre

    Mickaël Wayne

    Jan 7, 2015

    Je connaissais tes talents pour le montage vidéo mais là, tu m'as bluffé.
    Ça se lit bien, belle inspiration. 😉

  14. Répondre

    Thibaut Schweppes

    Jan 7, 2015

    Merci Mick 🙂 J'ai plus le physique pour te bluffer au foot 😉

  15. Répondre

    Francoise Andersen

    Jan 10, 2015

    Je suis contente de constater que je ne suis pas la seule à te trouver du talent pour l'écriture. Je te prédis un bel avenir dans ce domaine.

  16. Répondre

    Virginie Touchard

    Jan 28, 2015

    J'ai bien aimé ton texte, car je m'y retrouve un peu. La mélancolie, elle me suis depuis que je suis toute petite, mais j'ai appris à vivre avec…en général 🙂 et j'aime beaucoup regarder les nuages dans le ciel. La vie continue!

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Fév 1, 2015

      Merci 🙂

  17. Répondre

    Thibaut Schweppes

    Fév 2, 2015

    Merci 🙂

  18. Répondre

    Thibaut Schweppes

    Fév 2, 2015

    Tu avais 2 cadeaux ! Un bonnet (où est-il?…) et une clé usb Angry Birds ou Bob l'éponge me souviens plus (elle traine sur mon bureau) 😉

  19. Répondre

    Borkie

    Fév 11, 2015

    merci.
    Je viens DE tomber par hasard sur votre site, ( ha zut ça ecrit en lettre capitale ! on va croire que j’hurle), et je vous trouve simplement courageux.
    Je ne sais pAS si nos histoires se rapprochent, mais je comprends ce sentiment de solitude et cette envie d’être entourée, de se dire que peut-être une vie “normale” aurait été la meilleure chose qui puisse nous arriver, avoir la chance d’être bien entourée, se satisfaire de peu pour etre heureux.
    Mais je crois que tu es assez lucide pour comprendre que ce que tu vis, tu le vis, pleinement. contrairement à d’autres, tu ne fais pas semblant, et à la question “qu’as-tu fait d’extraordinaire dans ta vie?”, tu auras toujours tant de choses à raconter.
    Continue a croire en toi, c’est une force que peu de personnes ont en elles et avec un peu de patience (cette putain de patience), tu trouveras ce qui t’attend sans y ëtre preparé.
    Ce que j’ai lu, ça m’a fait du bien.

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Fév 11, 2015

      Je suis touché 🙂 Merci beaucoup.

  20. Répondre

    Gaijin au Japon

    Juin 5, 2015

    Bel article, vraiment bien rédigé 😀 Vraiment une belle inspiration.

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Juin 8, 2015

      Merci Alaa 🙂

  21. Répondre

    Mary-May

    Juin 14, 2015

    J’entrevois une jolie âme… Joyeux anniversaire Thibaut 🙂

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Juin 15, 2015

      Merci 🙂

  22. Répondre

    Pauline

    Sep 18, 2015

    Hello,
    Je me retrouve un peu dans ce que tu dis. D’être entourée et d’être seule. De pleurer sans que personne s’en aperçoive. Et puis un jour de voyager… partir à l’aventure. Je suis partie un an en Australie et j’avais toujours besoin de bouger. Je suis rentrée, heureuse de retrouver mes proches mais j’ai toujours ce besoin de bouger. Récemment je suis tombée sur cette citation : it feels good to be lost in the right direction. Un peu comme s’il n’y avait pas de direction, juste des chemins à prendre… et apprendre à se comprendre au fur et à mesure, accepter que l’on change aussi.
    Bref, merci pour cet article!

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Sep 21, 2015

      Merci beaucoup pour ton message. 🙂

  23. Répondre

    Isambert Anais

    Oct 14, 2015

    “Parce que passer ses étés en construisant le parc d’attractions de ses rêves sur un ordinateur ne suffisait plus. Parce que je n’avais pas l’impression d’exister et que je réalisais que j’avais beau avoir grandi au contact de plein de gens, je n’avais été proche de personne.” – Merci pour ce beau récit. Je vadrouille sur ton blog et lis tes articles avec plaisir en attendant mon TDM d’ici quelques mois…

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Oct 23, 2015

      Merci Anaïs 🙂

Répondre à Francoise Andersen Annuler la réponse.

THIBAUT SCHWEPPES
Thonon les bains

Gamin voyageur, malicieux, tête en l'air, gros mangeur, joueur de poker, j'aime compléter ma collections de pieds autour du monde et partager mes aventures sur mon blog voyage. À travers des vidéos ou des récits j'espère que vous ferez un bon voyage.