X

Voyager en sac à dos, c’est surfait !

Ah elle est belle cette image de l’aventurier au sommet d’une montagne, le regard au loin, contemplateur, avec son gros sac Quechua de 60l sur le dos. Oui, j’exagère, mais à peine.
Quand on commence à rêver d’aventures, ce n’est pas pour finir dans l’avion avec sa valise comme tous ces simples vacanciers. On s’imagine en bus, sur des routes sinueuses en Bolivie, dans un train bondé en Inde ou encore à pied, peut-être sous la pluie, à la recherche d’une auberge pour la nuit. On se dit qu’on a de quoi vivre toute une vie d’aventures avec un sac à dos sur les épaules tandis que ces rigolos n’ont pas réussi à choisir entre leurs 36 tenues différentes pour seulement 2 semaines au soleil.
La vieille fierté mal placée du pseudo aventurier.

En léger surpoids, J-1 avant un tour du monde.

La première fois que je suis parti pour un long voyage, mon sac à dos s’est vite transformé en valise : d’abord à l’arrière d’un van, puis rangé au fond du coffre d’une berline. Et quand on partage une berline à trois pendant plusieurs semaines, jours et nuits, un sac à dos énorme n’a pas plus d’intérêt qu’une simple valise. J’ai eu beau aller en Indonésie, gravir le Mt Rinjani, en Nouvelle-Zélande, grimper le Mt Tongariro, mon sac à dos était toujours dans un véhicule ou dans une chambre d’hôtel. Un vieux sac Eastpak du lycée faisant très bien l’affaire dans ces moments là. Bien sûr, j’avais moins l’air d’un grand aventurier, mais je suis quand même arrivé aux sommets.

Du coup, j’avais déjà pensé à ne plus prendre de gros sac à dos au moment de repartir pour un long voyage. Mais il était là, comme neuf, et ne demandait aucun investissement. Et ma valise avait rendu l’âme juste avant de renter de New-York
Finalement, sur 7 mois de tour du monde, peut-être qu’une ou deux fois j’aurais eu du mal à me déplacer avec un bon sac à roulettes et encore, pas sûr. La preuve, Corinne, du très bon blog Vie-Nomade, s’en sort très bien avec son sac à roulette 4×4 !
Moi, j’ai traversé des frontières à pied, passé des nuits glaciales à plus de 4000m, marché sur la Grande Muraille, grimpé les marches du Machu Picchu, visité l’Inde, ou encore les îles de Thaïlande. Et pour toutes ces aventures, un moyen de transport, une route (la plupart du temps tout à fait correcte) et un logement, avec à chaque fois un sac à dos bien rangé à l’intérieur. Entre temps, souvent un sérieux mal de dos, des sangles capricieuses, des déplacements en ville fatigants et des situations inconfortables avec deux sacs peu adaptés aux déplacements en métro ou en bus.
Même si j’aurai du mal à laisser de côté un sac à dos en bon état et que je serai moins fier avec ma valise de touriste, réfléchissez-y juste un petit peu avant de partir faire les aventuriers. Il existe également des sac à dos de qualité avec roulettes. Mais n’oubliez pas, voyager avec un gros sac sur le dos, c’est surfait !
Bon, j’vous laisse, je dois préparer le mien, un 50l qui passe en cabine 😉

Voir les commentaires (25)

  • Voilà un petit coucou pour vous dire que je pars àl’aventure d’ici 2 semaines. Donc évidemment je prépare mon sac et je tiens aussi à ce que ce soit “propre” derrière moi après mon départ.
    Mes proches sont là pour me soutenir, mais quelques idées ou quelques encouragements me feront du bien.
    a bientôt peut être sur la route !!!!