conseils et astuces tour du monde
Autour du monde Conseils et astuces

Dis papa, comment on fait le tour du monde ?

By on Fév 24, 2016

Je n’aime clairement pas être un guide, un gourou, Monsieur techniques révolutionnaires pour s’en sortir en voyage grâce à un guide ultime de 300 pages (et à seulement 14,59€ pendant encore 48h). Je n’ai probablement pas fait tous les vaccins que j’aurais dû faire, je ne connais pas tous les visas et les seuls préparatifs qui m’intéressent vraiment ce sont les itinéraires sur Google Maps.
Mais, puisqu’on me pose souvent des questions et que papa ne vous donnera pas les réponses, voici quelques pistes et mes avis à propos d’un voyage de plusieurs mois. Ce sera parfois un peu ce qui se cache derrière le rêve, une base et des idées de budgets, si vous n’avez encore jamais ou commencez tout juste à réfléchir sérieusement à votre projet de Voyage.

 

Avant de partir pour un long voyage

 

1. savoir qui l’on est vraiment

Vous rêvez régulièrement devant tous ces blogueurs en voyage autour du monde mais êtes vous réellement prêts à passer du rêve à la réalité?
Il y a 9 ans, lors de mon premier vol, personne ne m’avait réellement influencé ou donné envie de partir. Certes, j’avais vu Matt Harding danser autour du monde et j’avais rapidement vu quelques épisodes avec ce bon vieux Antoine de Maximy. Mais cette envie de partir était simplement au fond de moi. J’avais 20 ans et envie de connaitre, au moins quelques temps, une vie un peu moins normale. Et très franchement, sans une part de chance et de bonnes rencontres, j’aurais très bien pu ne jamais avoir eu envie de repartir pour de bon et simplement me contenter d’un unique voyage de plusieurs mois. En réalité c’est un peu tout le contraire qui s’est passé, je suis devenu camé.
Si vous n’êtes pas encore sûr, vous n’avez qu’une seule solution : vous lancer. Vous vous contenterez peut-être simplement d’une bonne expérience. Peut-être que voyager ne vous plaira pas tant que ça sur le long terme ou peut-être qu’au contraire, de nouvelles envies et rêves autour du voyage viendront pointer le bout de leur nez. Dans tous les cas, vous aurez obtenu une première réponse. L’idéal pour un premier test étant à mon avis un PVT qui permet d’avoir un long visa et l’option de travailler en voyageant.

 

2. prendre son pied en voyage

Plusieurs mois autour du monde, ce n’est pas plusieurs mois en vacances au bord de la plage à siroter des cocktails hors de prix en pleine période estivale. Voilà le premier point essentiel sur lequel je veux insister avant que vous ne fonciez. Voyager ce n’est pas des vacances.
On me dit souvent que j’ai de la chance et dans un sens, je dois reconnaître que c’est vrai. J’ai eu la chance de visiter de nombreux pays, de prendre mes pieds en photos dans tes tas de lieux magnifiques et de faire rêver avec des cocktails et des repas à 3€. Mais derrière le rêve se cache avant tout un choix. Et même si pour moi il n’a pas forcément été compliqué à mettre en pratique, lorsque l’on est jeune et en occident, je ne pense pas qu’il faille beaucoup de chance pour faire au moins un long voyage une fois dans sa vie. J’en parle ici : Faut-il beaucoup de chance pour faire le tour du monde ?
Par contre, je ne suis pas millionnaire et d’ailleurs, il ne me semble pas que tous les millionnaires s’amusent à courir le monde. Tout simplement parce que ça ne les intéresse pas. Je suis sûr que vous avez plus de chance de faire un long voyage dans votre vie que l’indien moyen qui rêve d’être à votre place actuellement. Bande de chanceux!

tour du monde bilan

Mes pieds après 4 mois de tour du monde…

Maintenant, encore faut-il en avoir réellement envie et surtout, prendre du plaisir dans des situations pas toujours agréables. Des dizaines d’heures de transports peu confortables, des nuits en dortoirs avec une dizaine de personnes parfois bruyantes, dormir dans une voiture pendant un mois, faire son sac tous les deux jours, être loin de sa famille, calculer tout ce que je dépense, chercher toujours la bonne affaire… vous croyez que ça m’amuse!? Et bien oui. Bon, pas convaincu que ça amuse votre papa par contre.
Très franchement, il n’y a pas de honte à préférer des petits voyages un peu plus confortables une ou deux fois par an et sans se priver mais je doute que vous puissiez tenir plusieurs mois dans ces conditions avec un petit budget.
Avant de partir il faut : aimer l’aventure, les situations parfois inconfortables, l’inconnu, le voyage. Et c’est également votre meilleur chance de tenir un budget correct.

3. passer du rêve au projet

Vous êtes sûr de vous et de votre envie de Voyage. Il est temps de se fixer des objectifs, une date de départ (même si c’est dans plusieurs années) et d’y réfléchir sérieusement. Avec quel budget et avec quelle avance souhaitez-vous partir ? Pour quel genre de voyage ? Êtes-vous prêts à faire des concessions ? Combien de temps vous faudra-t’il pour économiser ? Êtes-vous prêts pour le retour ? Maintenant il est temps de faire les comptes.

4. un tour du monde, combien ça coûte ?

Je vais répondre à cette question en parlant uniquement de mon expérience mais une fois que l’on est sur la route, tout est possible. Je pense notamment à ce couple que j’ai rencontré en auberge à Barcelone et qui vivaient depuis 3 ans de courts spectacles, le temps d’un feu rouge en Amérique du Sud.
Sur le papier mon tour du monde de 7 mois a couté 8500€ (avec 2 vols EasyJet compris + 3500€ de « billets tour du monde » et 12 vols). En réalité il m’a coûté moins cher (aux alentours de 5500€) avec mon blog et des sponsors ainsi qu’un crowdfunding plutôt destiné à mes amis et ma famille à la base.
Je m’étais fixé un budget de 700€ par mois une fois le voyage lancé et il a été respecté. Il est possible de voyager pour beaucoup moins cher, c’est une question d’envie et de choix. Il faut voir sur le long terme, en ne dépensant que 10€ de plus par jour vous dépenserez logiquement 3650€ de plus sur une année.

 

Quelques idées de budgets mensuels

Ces budgets sont à imaginer une fois que le voyage est lancé.

– La version ultra économe, basé sur des solutions comme l’autostop ou le couchsurfing. On peut viser moins de 400€ / mois.

– La version un peu plus large, on compte facilement environ 1000€ / mois avec par exemple des activités qui peuvent vite chiffrer comme un saut en chute libre en Nouvelle-Zélande ou un vol en montgolfière en Birmanie.

– Ma façon de voyager, un peu entre les deux. Entre 400 et 900€ / mois. Moyenne à 700€. J’ai par exemple pris l’avion plus d’une centaine de fois mais je n’ai payé qu’une seule fois un billet plus de 500€ (mon premier long voyage, en direction de l’Australie). Pour autant je ne suis pas un adepte du couchsurfing par exemple.

Les frais et préparatifs avant le départ

Les vaccins, assurance voyage, visas, équipements et les billets d’avions sont les principales dépenses avant le voyage. Ce n’est franchement pas ma spécialité ni ma tasse de thé et des tas de blogs se font un plaisir de tout vous détailler.
J’avais simplement par exemple décidé de ne choisir que la Chine et l’Inde niveau visas payants et de ne faire qu’un vaccin. Vous pouvez retrouver le contenu de mon sac ici. Mon seul conseil, c’est de vous arranger pour que tout rentre dans un sac de 50l maximum. Le mien était clairement trop grand. Mon avis sur la question ici : Voyager en sac à dos c’est surfait.

Les billets tour du monde ou des billets d’avions simples ?

Chaque solution a ses avantages et ses inconvénients et je pense que pour répondre à cette question il faut d’abord répondre à la question suivante.

 

5. un tour du monde ou juste un long voyage?

Est-ce que j’ai préféré mon super tour du monde de 7 mois ou mon premier voyage de plusieurs mois en Océanie et Indonésie? La question n’est pas si évidente. Combien de personnes se sont contentés d’un agréable voyage de plusieurs mois et sont gentiment rentrés au bercail ? Il est important de savoir si votre rêve c’est le voyage en général ou vraiment de faire un tour du monde.

-Mon premier voyage m’a laissé des tonnes de souvenirs parfaits. Plutôt que de me calmer, il a éveillé en moi un désir d’en voir encore plus. Je le dois en grande partie à mes 2 compagnons qui m’ont accompagné à l’époque. Ce voyage, même si il n’a duré qu’un peu moins de 5 mois, avait un vrai avantage : avec un visa d’un an en Australie et une date de retour modifiable, au départ et chaque matin, je n’avais aucune idée de la suite et j’avais une vraie sensation de liberté et d’inconnue.

-Mon tour du monde de 7 mois a été (comme prévu) une expérience intense et extraordinaire. Autant de pays, de cultures et d’expériences en si peu de temps, on n’en sort pas indemne. Au départ, imaginer qu’on va passer en quelques mois de la Bolivie aux USA ou encore du Japon à l’Inde, fait totalement rêver. L’inconvénient c’est que le gros de votre voyage est déjà tracé. Et le retour peut être difficile si rien n’est prévu par la suite. Dur de se remettre après un tel voyage.
À vous de trouver votre solution, le bon compromis ou le juste milieu.

6. voyager seul ou accompagné ?

On me pose souvent la question et pour moi la réponse est évidente : tant pis si ça fait moins aventurier, je préfère voyager accompagné. Je pense que le plus important c’est d’être honnête avec soi-même et ne pas se mentir en se sentant l’âme d’un grand aventurier solitaire alors qu’en réalité ce n’est pas le cas. Ou penser qu’on peut partir avec ses potes alors qu’au bout d’une semaine on ne les supporte plus car ils n’ont pas vraiment les mêmes façons de vivre que vous. Je pense que ma vraie chance a été là. En couple ou entre amis, j’ai toujours pu m’entourer de personnes qui me convenaient parfaitement en voyage.

En voyage : gérer, économiser (et gagner) son argent

Généralement, une fois en voyage (vols payés) je me tiens à un budget moyen maximum de 700€ par mois. Ce budget a pour ma part souvent été beaucoup plus simple à tenir en ne voyageant pas seul. Mes deux parts de dépenses les plus importantes étant généralement le logement et la location de voiture. J’ai très régulièrement économisé des dizaines d’euros en dormant dans la voiture. Mais pas uniquement…

1. être libre et flexible et voyager hors-saison

C’est l’un des points les plus importants pour économiser de l’argent. Si j’arrive à voyager aussi souvent, c’est surtout parce que je n’ai pas d’impératifs. Si vous décidez de vous libérer pour quelques mois (ou plus) ce sera votre meilleure arme. Ainsi, l’on peut voyager hors saison, éviter les vols trop chers, attendre des promos, ne pas à être à deux jours près pour réserver, s’échapper si la situation ne semble pas à son avantage ou, au contraire, faire durer le plaisir quand vous tombez sur la bonne affaire. Je pense notamment à cet hôtel en Thaïlande où j’étais censé ne rester que 2 jours et où je suis finalement resté une dizaine de nuits. Exemple tout simple et assez évident avec Easyjet : avec un départ dans seulement 2 semaines au moment de la recherche, il est facile de faire l’aller retour à Madrid pour moins de 50€ en septembre et pourtant, si vous n’avez pas le choix, un A/R pour le week-end peut facilement revenir à plus de 200€. Une année de voyage avec ce genre de différence de prix peut permettre beaucoup de choses. Et pour ça, une seule solution : être libre.

astuces vols easyjet pas chers

C’est cette liberté qui me permet par exemple d’aller aux USA pour moins de 400€ ! Je passe par Easyjet puis par Norwegian mais peu importe, je suis allé 1 mois aux Etats-Unis et quelques jours à Copenhague pour seulement 379€ de billets d’avion !

Attention, voyager hors-saison, cela ne veut pas forcement dire voyager pendant la mauvaise saison (saison des pluies ou des ouragans par exemple) ! On peut très bien être hors-saison et profiter d’une météo clémente. J’utilise souvent le site Quand Partir ? pour avoir une idée de la météo et de la meilleure période pour voyager.

2. travailler en voyageant

 

Le PVT ou Programme Vacances Travail

Disponible dans des pays comme l’Argentine, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, le Japon, la Nouvelle-Zélande, Singapour et le Chili. Il faut avoir entre 18 et 30 ans, sauf au Canada où l’âge maximum est de 35 ans et Singapour où il est de 25 ans. Il offre un visa d’un an et la possibilité de voyager et de travailler. Simple et pratique pour faire ses premiers pas dans un long voyage. Mais attention, vous n’êtes tout de même pas à l’abri d’une surprise! En 2011, Aala (du blog Un Gaijin au Japon) débarque au Japon. En 2016, il est toujours sur place et marié à une japonaise. Pour en savoir plus, rendez-vous sur ce site très complet : pvtistes.net
Les prix des PVT : Australie : 241 € Canada : 110 € Nouvelle Zélande : 110 € Singapour : 74 € Hong-Kong, Argentine, Corée du Sud, Japon : gratuit

Helpx et Woofing

famille helpx tasmanie

Photo souvenir chez la famille Cantwell

Il est également possible de travailler en échange d’un toit et de repas, via HelpX (voir mon expérience en Tasmanie) ou le Woofing par exemple (pour travailler dans des fermes). Une bonne solution pour à la fois faire des rencontres et réduire les dépenses liées au logement. Il est aussi souvent possible de travailler dans des auberges de jeunesses en échange d’une chambre dans des pays comme le Japon par exemple où le prix du logement n’est pas forcement le point fort.

3. le logement

 

La solution classique : l’auberge de jeunesse (ou l’hôtel).

En général on peut s’en sortir avec une moyenne de 10-15€/nuit soit 350€/mois. Bien sûr, dans de nombreux pays où notre pouvoir d’achat est élevé, on peut trouver des hôtels abordables. Une nouvelle fois c’est un avantage d’être plusieurs pour faire des économies sur les chambres. Si vous êtes trois dans la chambre au lieu de deux officiellement, dans certains hôtels, en restant discret, ça passera inaperçu. Certaines villes, même en Europe, comme Berlin ou Barcelone offrent un très bon rapport qualité prix au niveau des auberges (à 10€ la nuit).

Ma solution quand c’est trop cher : la location de voiture.

C’est ma solution préférée et d’ailleurs pas uniquement quand c’est trop cher. Utilisée aux USA, au CanadaNouvelle-Zélande, plusieurs fois en Australie (Tasmanie notamment) et dans de nombreux coins en Europe. Il m’est notamment arrivé de dormir un mois à trois dans une berline. L’idéal étant quand même de n’être que deux (et de très bien s’entendre). On peut également combiner cette solution avec le camping. Avantages : la liberté et le prix. Quelques conseils et infos avant une location de voiture juste ici.

La solution en ville chez l’habitant : Airbnb

Avec l’offre de parrainage (30€ offerts à l’inscription) et en tombant sur la bonne offre, on peut faire de bonnes affaires. C’est ainsi que je me suis retrouvé au 29e étage d’un immeuble de standing (piscine intérieure chauffée, sauna, salle de sport) en plein centre de Melbourne pour le prix d’une auberge. Parfait pour une bonne semaine de poker.

vue appartement melbourne

La vue depuis mon balcon AirBnb à Melbourne

Les solutions encore moins chères

HelpX, déjà cité plus haut, une sorte de bénévolat chez l’habitant en échange d’un toit et de nourriture. Pour en savoir plus : mon article sur mon expérience HelpX.

Le Couchsurfing, qui est un classique désormais et la technique préférée de Jonathan et son World Poker Trip. C’est l’habitant qui vous offre son canapé pour une ou quelques nuits. C’est gratuit mais n’imaginez pas que le couchsurfing consiste uniquement à profiter de la générosité des locaux. C’est aussi une façon (et presque une obligation) de partager des moments avec vos hôtes.

4. Les moyens de transports

 

Pensez au Low-Cost

En Europe j’imagine que vous connaissez tous EasyJet ou Ryanair mais déjà moins Vueling avec qui je suis retourné à Barcelone récemment pour 35€ l’Aller. Avec un Aller-Retour généralement à plus de 1000€, je ne pensais pas retourner en Australie dans un futur proche. Mais en combinant un A/R Genève-Bangkok à 400€ et plusieurs vols low-cost avec AirAsia j’ai pu voyager un peu plus de 4 mois en Thaïlande, Malaisie, Vietnam et avec un retour à Sydney pour moins de 900€ tout compris.

En dehors des classiques road-trip en voiture et autres trajets en bus en train ou en avion, il existe quelques moyens plus originaux ou économiques. Je pense notamment au cargo, utilisé récemment par Laurent du blog One-Chaï pour rejoindre le Bénin ou à l’autostop avec Lucie qui a traversé la Patagonie argentine.

Quelques solutions pour faire des économies

 

Le cashback sur ses dépenses

Le cashback consiste à récupérer une partie de ses dépenses en passant par un intermédiaire. Je l’utilise dans la vie de tous les jours mais également lors de mes voyages. Par exemple mes réservations sur Booking ou Hôtels.com (5 et 8% de cash-back).
Avec Mailorama j’en suis à plus de 400€ de cashback. Le plus dur étant d’y penser mais depuis quelques temps il existe un outils qui vous prévient du pourcentage de réduction que vous pourriez gagner si vous passiez par le site avant de faire votre achat. Il y a 5€ offert à l’inscription, retrait à partir de 20€.

Négociez et fixez les prix

Dans les hôtels, notamment en Asie, il peut être intéressant de ne réserver qu’une ou deux nuits puis de négocier directement sur place la suite de votre séjour. Ou de simplement avoir une idée de prix et de tenter une négociation directement en arrivant. Ne laissez pas grimper la facture, demandez (et négociez) toujours le prix avant de monter dans un taxi ou un tuk-tuk en vous renseignant à l’avance sur le prix moyen.

Evitez les forfaits ou les formules « tout compris »

Si l’on vous propose une offre ou un forfait où tout est compris, certes, vous allez gagner un peu de temps mais dans le prix il y a forcement une petite marge ou une commission comprise que vous pourriez réduire en faisant tout par vous même. C’est souvent le cas pour les activités touristiques avec transports + entrées + blablabla…

Savoir se restreindre

En voyage il y a un temps pour tout. Un temps pour prendre le taxi, à Bangkok, un temps pour les cocktails au bord de la plage, à Koh Phangan, un temps pour les auberges plutôt que l’hôtel ou le bus plutôt que l’avion, un temps pour les buffets à 5$ à Las Vegas ou pour les poissons à 3€ avec vue sur le lac Titicaca, en Bolivie. Un temps pour se restreindre et un autre pour mieux profiter…

Vous aurez remarquez qu’il y a quelques blogueurs cités dans cet article. Que ce soit avec des destinations hors des sentiers battus, en moto, en solo, en PVT, ils ont tous choisi le voyage. Et c’est sûrement le principal à retenir.

RELATED POSTS
2 Comments
  1. Répondre

    Amelia

    Mar 21, 2016

    Super article qui donne envie de voyager 🙂

    • Répondre

      Thibaut Schweppes

      Mar 21, 2016

      Merci 😉

Laisser un commentaire

THIBAUT SCHWEPPES
Thonon les bains

Gamin voyageur, malicieux, tête en l'air, gros mangeur, joueur de poker, j'aime compléter ma collections de pieds autour du monde et partager mes aventures sur mon blog voyage. À travers des vidéos ou des récits j'espère que vous ferez un bon voyage.